Sur les chemins noirs

IMG_0539.JPG

Sylvain Tesson

Publié chez Gallimard, 2017.

« Il m’aura fallu courir le monde et tomber d’un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j’ignorais les replis, un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides.

La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs.

Là, personne ne vous indique ni comment vous tenir, ni quoi penser, ni même la direction à prendre.

S.T. »

J’ai eu envie de découvrir l’écriture de Sylvain Tesson grâce à l’une de mes camarades de classe qui a magnifiquement bien présenté ce livre. Le sujet me parlait, campagnarde que je suis, le résumé était attrayant, la proximité me plaisait. Pourtant, ce roman est loin d’être un coup de cœur, je suis déçue, et j’ai presque l’impression d’avoir perdu un peu de mon temps. Mais j’ai choisi d’être complètement transparente avec vous et de partager à la fois mes coups de foudre et les lectures que j’apprécie moins… 

Dans son récit à la première personne, Sylvain Tesson nous emmène avec lui sur les chemins de France. Souvent seul, parfois accompagné, il traverse l’hexagone selon une diagonale qu’il a préalablement définie. Dormant tantôt dans un hôtel, tantôt à la belle étoile, acceptant avec plaisir les repas offerts par les quelques riverains qu’il rencontre, l’écrivain-voyageur profite de ce cheminement pour faire le point avec lui même.

Depuis sa chute, il souffre d’épilepsie, son dos le gêne lorsqu’il marche trop longtemps, il a également hérité d’une paralysie faciale, le défigurant. Ces quelques mois seuls lui permettront de se surpasser, de franchir ses limites, si bien qu’il repart à peine une nuit après une grave crise d’épilepsie.

Le lecteur part avec l’auteur, sur les chemins de France, avide de découvrir cette proximité pourtant inconnue. Nous rencontrons avec joie l’ermite, qui « accepte les livres et le pain rassis », nous découvrons des petits hôtels qui nous donnent envie d’y passer la nuit. Nous rions des malheurs de la sœur du voyageur qui, lors de sa première nuit dehors, se retrouve attaquée par les insectes.

Pourtant, ma lecture a été laborieuse, lente, et j’ai souvent été tentée de lâcher le livre sans le finir. Bizarrement, ce n’est ni l’écriture ni le sujet qui me déçoivent… Sylvain Tesson est un grand écrivain, aussi grand que les voyages qu’il a effectué tout au long de sa vie. Il sait manier les mots de façon à rendre les phrases harmonieuses. La lecture de certains passages est facile, jolie et agréable. Pour autant, à certains endroits, j’ai sauté des passages, voire des pages.

Ce n’est que mon ressenti, mais je trouve que l’auteur cite ou fait trop de références à ses anciens ouvrages ou ceux de ses compagnons de route. Moi qui suis encore novice en littérature de voyage je me suis retrouvée perdue, ne sachant pas de quoi il retournait.

De plus, j’ai trouvé les descriptions de certains paysages trop peu développées, j’aurai apprécié avoir plus de détails sur les conversations qu’il débute avec les ermites, les chasseurs ou les bergers qu’il rencontre. Je m’attendais à énormément d’humanité, à une réflexion sur l’être humain qui choisit de se libérer des carcans de la société, mais j’ai finalement rencontré une « simple » introspection de l’auteur, sans finalement découvrir sa conclusion…

Si vous l’avez lu, n’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé, peut-être qu’en discutant avec vous, je trouverai un autre axe de lecture qui me fera reprendre ce livre (dans quelques temps!)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s