Entre deux mondes

IMG_0655.jpg

Olivier Norek 

publié chez Michel Lafon, 2017

« Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences. « 

Entre deux mondes, c’est l’histoire de deux flics, deux hommes qui tentent de retrouver leur famille.

D’un côté, on a Bastien Miller qui vient d’être muté à Calais. Sa femme est en dépression après la mort de son père, la communication avec sa fille adolescente est compliquée. Il va devoir assumer son autorité devant sa nouvelle équipe.
De l’autre côté, on découvre Adam Sarkis, agent infiltré en Syrie. Lui, vient d’envoyer sa femme et sa fille en France, après le sentiment que son identité avait été révélée. Il arrivera à Calais quelques semaines plus tard, à la recherche des deux femmes de sa vie.

Bastien et Adam vont tomber dans l’horreur de la « Jungle » de Calais, cet endroit où les autorités ont « parqué » les migrants, espérant endiguer la violence en une seule et même place, l’un de l’intérieur, l’autre de l’extérieur. Entre viols, meurtres, avertissements, et amitiés dangereuses, les deux flics vont finalement s’allier pour venir à bout de leurs projets.

Sans titre 7

Encore une fois, je me suis lancée dans un roman qu’il m’est impossible d’expliquer. J’ai toujours peur d’en dire trop, de vous dévoiler ne serait-ce qu’une petite information qui serait capitale dans la compréhension de l’intrigue. Et en même temps, cette histoire n’est pas à proprement parler une enquête policière. En effet, le lecteur connaît les victimes, les meurtriers et même le modus operandi. Mais l’histoire ne tourne pas autour de l’arrestation des bourreaux.

Parce que finalement, Entre deux mondes, c’est une enquête sociologique. Un roman coup de poing, qui chamboulera vos certitudes et remettra en question votre façon d’appréhender la vie. En véritable enquêteur de terrain, Olivier Norek s’est immergé dans cette Jungle de Calais. Derrière l’histoire (pas totalement) romancée, on découvre aussi une toute autre réalité : la vie dans un camp de migrants. Contrairement à ce que l’on pourrait naïvement penser, les personnes qui vivent dans ces camps ne sont pas cordiales entre elles. Des clans se forment, par nationalité plus que par affinité et très vite, les plus nombreux prennent le contrôle. C’est une véritable petite ville qui s’organise entre ces tentes et baraques rudimentaires, et Adam va rencontrer les mauvaises personnes.

Ce qui ressort vraiment de ces 400 et quelques pages (dévorées en un après-midi), c’est l’humanité. L’amitié qui se tisse entre les deux flics rappellent au lecteur que tout n’est pas perdu, qu’il faut surpasser les préjugés, les a priori et aller vers l’autre. Mais ce que montre aussi l’auteur, c’est que l’Autre n’est pas forcément innocent… A cause des barrières de la langue ou des différences de culture, les choses que nous pensions acquises, certaines, peuvent se voir sous un tout autre jour…

Entre deux mondes, parce que vivent deux populations différentes, à quelques centaines de mètres l’une de l’autre. Entre deux mondes parce que les points de vue s’alternent, les pays aussi. Calais, Damas, la Libye, le Soudan, l’Angleterre… Le lecteur voyage entre les pages, entre pays « riches » et pays « pauvres ». Entre deux mondes parce que la limite entre l’humain et l’inhumain est mince. Entre deux mondes : entre la vie et la mort.

004489388

D.E.C.E.M.B.R.E

Publicités

6 commentaires sur « Entre deux mondes »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s