Paris-Venise

image_6483441 (11).JPG

Florent Oiseau, 

Publié chez Allary Editions, 2018. 

« Roman vient de trouver un job sur le Paris-Venise, le train de nuit le plus en retard d’Europe. Un signe. Lui non plus n’est pas très en avance dans sa vie. A presque trente ans, décrocher ce poste de couchettiste ressemble à une consécration… Les trafics de clandestins, les douaniers avinés, les descentes de pickpockets venus piller la diligence : tout peut arriver dans ce théâtre ambulant. Même tomber amoureux.

Inspiré de faits réels, Paris-Venise confirme le talent de Florent Oiseau qui mêle admirablement humour et sensibilité. »


Roman vient de se faire embaucher comme couchettiste sur le Paris-Venise. Son travail n’a pas l’air bien compliqué : il doit récupérer les passeports des passagers, vérifier que ces derniers sont bien installés, les réveiller lorsqu’ils doivent descendre. Il faut en revanche faire attention aux clandestins qui tentent par tous les moyens de faire le trajet sans passeports et sans billets. Et puis, il va vite se rendre compte que les pickpockets ne se gênent pas non plus pour monter dans le train et dépouiller les passagers.

Roman qui est un homme honnête, qui a toujours essayé de vivre selon les règles et la loi, va vite découvrir que certaines petites combines peuvent lui permettre de payer son loyer, presque sans risques.

Sans titre 7

i m p r e s s i o n    g é n é r a l e : un roman léger, qui nous fait bien rire et nous transporte de Paris à Venise. Florent Oiseau nous embarque dans cet univers ferroviaire nocturne et nous laisse tout voir. Les petits trafics, les combines, l’entraide entre collègues, la misère des passagers clandestins, et l’amour. Venise, destination des amoureux, ville de la sensualité, et terminus du train. Roman ne pouvait pas passer à côté de l’amour, à côté de Juliette.

l e    s t y l e    d e    l ‘ a u t e u r : drôle, fluide, sincère et léger. La première personne du singulier fait son job. Le lecteur se retrouve aussi aveugle que Roman, pris aux mêmes pièges et réagit comme lui aux situations. J’ai adoré l’humour qui s’enfile entre les pages. Entre personnages atypiques, drôles, quelquefois simplets, et sentiments touchants et profonds, Florent Oiseau nous montre (encore une fois) son talent d’écrivain.

l e    p e t i t    p l u s : le mystère qui plane sur Juliette. Je ne vous en dirai pas plus, mais l’amante de Roman cache quelque chose. Et notre personnage principal, fonce tête baissée, sans se poser plus de questions que ça… Jusqu’à la découverte d’un objet qu’il a déjà vu…

e n    b r e f : de l’humour, de l’humanité, du voyage, de l’amour… Un roman prenant, touchant, qui nous embarque à bord du Paris-Venise et de ses couchettes.


« Mais tu aimeras le reste aussi. Je te jure de ne jamais te regarder autrement qu’avec les yeux d’un homme qui souffre de trop t’aimer, Juliette. De ne pas faire semblant de t’écouter ou de te comprendre. J’apprendrai à connaître tes confitures préférées. Tu aimeras ma soif de toi, et toutes les choses que je saurai te promettre. Les longues nuits à boire du vin sur notre terrasse en pin. Je t’aimerai avec mes artères, mes atomes. »
Publicités

Un commentaire sur « Paris-Venise »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s