Le poids de la neige

Processed with VSCO with p5 preset

Christian Guay-Poliquin, 

publié aux Editions de l’Observatoire, 2018. 

« A la suite d’un accident, un homme se retrouve piégé dans un village enseveli sous la neige et coupé du monde par une panne d’électricité. Il est confié à Matthias, un vieillard qui accepte de le soigner en échange de bois, de vivre et, surtout, d’une place dans le convoi qui partira pour la vile au printemps, seule échappatoire. […] »


Un huit-clos où la tension se fait de plus en plus présente, angoissante, jusqu’à arriver à un point de non retour…

L’hiver est tombé sur le village et une panne d’électricité l’a coupé du reste du monde. Deux personnes s’y retrouvent coincés, alors que le village n’aurait dû être qu’une étape dans leur périple. Ils ne se connaissent pas, n’ont rien en commun, mais vont être obligés de co-habiter.

Le narrateur revient, après 10 ans d’absence, dans son village natal pour voir son père aux derniers moments de sa vie. Juste avant son arrivée, il est victime d’un accident de voiture qui lui cause de graves blessures au niveau des jambes. Les villageois, dans l’incapacité de l’emmener à l’hôpital, le confient à Matthias, un homme âgé qui se retrouve ici un peu par hasard. A son réveil, le narrateur reste muet.

Matthias est arrivé au village peu avant la panne. Il s’est installé dans une maison abandonnée, pour un temps, il sait qu’il ne restera pas. Quand les villageois lui emmènent ce jeune homme à soigner et à veiller, il accepte. La promesse est bien trop grande pour refuser. Ce jeune homme muet, mal en point pourrait être sa clé de sortie.

Pourtant la neige, le froid, l’hiver interminable et la co-habitation entre deux inconnus vont mettre à mal les caractères des deux hommes et déchaîner le village…

Sans titre 7

i m p r e s s i o n    g é n é r a l e : de la tensiondu suspens, de la découverte, j’ai adoré ce roman. Le mystère qui plane autour des deux hommes, le mutisme du narrateur, son identité inconnue, la force de Matthias malgré son âge… Les personnages sont bien construits, même si le lecteur ne connaît finalement pas grand chose d’eux. Et en parlant de personnages, la neige est omniprésente. La neige est le personnage principal de ce roman. C’est à cause d’elle que tout arrive, c’est à cause d’elle que rien n’arrive…

l e    s t y l e    d e    l’ a u t e u r : une merveille. Christian Guay-Poliquin nous transporte dans l’histoire avec brio. Replaçons les choses : le roman est écrit à la première personne du singulier. Nous sommes dans la tête du narrateur. Nous découvrons en même temps que lui ce qui se passe, nous voyons Matthias à travers les yeux de ce jeune homme, alité, les jambes en attelles. Et pourtant, ce narrateur au nom inconnu nous cache quand même son passé. Nous n’avons accès qu’au présent, et c’est la raison pour laquelle la tension est à son comble, se ressent et nous fait trembler.

l e    p e t i t    p l u s : le huit-clos. C’est l’un des premiers romans que je lis qui se passe dans une seule et même pièce… et j’ai adoré. Je ne vous dirai pas grand chose d’autre, j’ai l’impression que j’en ai déjà trop dit !

e n    b r e f : de l’angoisse, de la neige, des personnages intriguants… tout ça dans un univers inconnu où le mystère plane sur tous les habitants du village, où les questions affluent dans la tête du lecteur…

Une véritable pépite, à lire dans un endroit chaud, parce que la neige vous glace le sang !


« La neige règne sans partage. Elle domine le paysage, elle écrase les montagnes. Les arbres s’inclinent, ploient vers le sol, courbent l’échine. Il n’y a que les grandes épinettes qui refusent de plier. Elles encaissent, droites et noires. Elles marquent la fin du village, le début de la forêt. »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s